Atta­che­ment

Le mot atta­che­ment est bien connu, lorsque nous parlons de nos « affi­ni­tés ». Ce qui l’est moins, c’est la notion de sécu­rité affec­tive de nos enfants ou de nous-même.

Basique­ment, il s’agit de comprendre qu’un enfant, pour gran­dir et deve­nir auto­nome, a besoin de faire confiance à un adulte bien­veillant et stable qui assure sa survie et sa sécu­rité.

La décou­verte de cette signi­fi­ca­tion a été un très grand moment pour moi, car elle a mis fin à plusieurs années de senti­ment de culpa­bi­lité. Un jour, je suis tombée sur un site inter­net qui présen­tait la « Théo­rie de l’at­ta­che­ment ». Ce site est celui de l’as­so­cia­tion PETALES France, qui consacre toute son acti­vité à soute­nir des parents d’en­fants souf­frant de « défi d’at­ta­che­ment » ou de « trouble d’at­ta­che­ment ».

Comme je le raconte dans mon film « De l’en­fant rêvé à l’en­fant réel… », au départ, je pensais être la seule à avoir ce genre de problèmes. Le film est une enquête autour du thème : de quoi mon enfant adopté souffre et pourquoi elle fait souf­frir son entou­rage. De rencontre en rencontre, il m’a fallu me rendre à l’évi­dence que de nombreuses familles sont dans ce cas.

Parmi les parti­ci­pants de mon film et parmi les membres de PETALES France, les familles d’adop­tants sont la majo­rité. Mais ceci ne veut pas dire que les problèmes d’at­ta­che­ments soient réser­vés à cette caté­go­rie.

Si vous êtes inté­res­sés par ce sujet, allez visi­ter le site PETALES France où vous trou­ve­rez des textes expli­ca­tifs et une page de biblio­gra­phie très bien four­nie.

Des spécia­listes Français, Belges ou Québé­cois vous éclai­re­ront. Des méde­cins comme Nicole Guede­ney, Françoise Hallet, Jean-François Chicoine ou des auteurs comme Cécile Delan­noy, sans oublier Joanne Lemieux, concep­trice de « l’Adop­te­pa­ren­ta­lité », ont beau­coup fait pour que les notions de l’at­ta­che­ment soient recon­nues, aussi bien par les parents que par les spécia­listes.