À propos de mon atelier

J’aime partager, j’aime transmettre.

Au départ, une association de mon village du 91 est venue me chercher. Elle voulait combler une lacune dans son activité consistant à apprendre aux adultes le maniement d’un ordinateur. Cette activité semble simple a priori, mais finalement, si on réfléchit bien, elle est très étendue. Au-delà de la connaissance du « matériel », l’association, bien nommée « les Mulots », organisait des cours et ateliers pour enseigner la bureautique (traitement de texte, tableurs, etc.), puis très vite d’autres domaines s’y sont ajoutés, comme la généalogie, la photo, la vidéo, etc.

Mon histoire a débuté là. Un cours de montage vidéo, basé sur un logiciel spécifique a réuni les gens. Au bout d’un certain temps, ils ont eu besoin d’aller plus loin et de replacer le montage dans le processus de la réalisation.

Ainsi j’ai commencé à travailler avec eux dans une nouvelle activité intitulée : « De l’idée à la projection ». Dans cet atelier une matinée par semaine, était consacrée :

  • d’une part à la connaissance de l’élaboration d’un « objet cinématographique »
  • d’autre part à l’élaboration de projets des participants.

Je suis partie de l’idée, que les bases cinématographiques sont les mêmes, que ce soit une petite vidéo familiale ou un film plus ambitieux.

Ce petit groupe m’a suivie pendant 4 ans et plusieurs petits films ont été réalisés dans les domaines différents.

Deuxième étape, Mandelieu. Après avoir quitté la Région Parisienne, j’ai réussi à organiser deux ateliers à Mandelieu. Le contenu a été calqué sur le précédent : cours sur l’élaboration d’un projet, toujours « de l’idée à la projection ». Les deux petits groupes ont bien voulu poursuivre une deuxième année, mais malheureusement, ce n’était pas possible, cause de manque de budget des structures nous hébergeant.

J’ai alors continué seule en donnant des cours privés. Je me suis adaptée à mes élèves aux niveaux et aspirations très disparates en répondant à des questions parfois incongrues pour une professionnelle.

J’ai énormément appris ! Je me suis rendu compte que les non professionnels ont le même sentiment « d’urgence » à réaliser leur projet que n’importe quel réalisateur. Sauf qu’ils ne possèdent pas toujours les outils « artistiques ». Ils ont des références venant de ce qu’ils ont vu à la télé ou au cinéma. Rester « eux-mêmes » nécessite de l’aide et c’est là où je pense être utile : leur montrer comment y parvenir. Comment approcher ce « film » qui est dans nos têtes. C’est bizarrement simple et compliqué… Comme pour nous tous…

À cette rentrée, je veux continuer à donner des cours privés aussi bien aux amateurs qu’à des jeunes professionnels, comme des photographes ou vidéastes. Mon but est d’élargir leur domaine de compétence et éclore de nouveaux talents.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.